La charge mentale

La version podcast disponible sur Spotify

Ahhhh la charge mentale, on en parle beaucoup ces dernières années, principalement pour les femmes mais pas que!

Les burn-out se multiplient et pour cause, on s’inflige des vies de fou!

Oui je dis bien ON, nous sommes les uniques responsable de notre charge mentale, de notre joli bordel intérieur.

Imaginez un peu l’intérieur de votre cerveau comme une énoooorme bibliothèque qui déborde de livre dans tous les coins. Tu essaies constamment de tout ranger dans le bon rayon sauf que chaque jour la vie te demande de gérer plusieurs situations en même temps qui te font perdre les pédales, résultat dans ta bibliothèque tu te retrouves avec des livres ouverts dans tous les coins et pas rangés.

Ces livres s’accumulent, s’accumulent, s’accumulent et bardaf c’est l’embardée (expression belge pour te dire que pif paf pouf c’est le bazar)les piles de livres s’écroulent et toi aussi!

Alors comment faire pour ne pas que les piles s’écroulent tu vas me dire?

Eh bien tout simplement, en essayant de ne pas faire de pile!

Et donc quoi on laisse tout étalé partout et on s’en fou???

Ahhhh ben non, sinon, à un moment donné ça va quand même déborder dans ta tête!

Le principe est donc d’arrêter de vouloir stocker, gérer, contrôler chaque information, souvenir, donnée…

Commence déjà par nettoyer un peu et dépoussiérer toute ta bibliothèque mentale en jetant à la poubelle tous tes vieux souvenirs pourris genre une vieille querelle, un mauvais moment passé, ta liste de course, ton agenda, tout ça t’encombre l’esprit pour pas grand chose.

Les vieilles querelles soit c’est réglé, soit tu es passé à autre chose. Les mauvais moments passés pareils, ils sont passés et depuis tu en a eu de meilleurs. La liste de course, écrit là sur papier ça t’évitera de t’en vouloir d’avoir oublié quelque chose et donc de remplir aussi la colonne frustration, estime de soi ect.

Parlons de ton agenda, emploi du temps, c’est celui qui prend une grosse partie de ta charge mentale et pourtant tu pourrais te simplifier la vie d’une part en arrêtant de t’infliger un rythme de vie soutenu et d’autre part en notant dans un agenda ou un carnet ce que tu as à faire pour te décharger de cette charge mentale.

Tous les soirs prends le pli de vérifier ton agenda et d’y écrire les choses à ne pas oublier cela te permettra de ne pas t’angoisser avant de dormir et d’enlever cette info de ta tête. Quand au fait de diminuer le nombre de choses à faire dans ton quotidien oui c’est possible, jusqu’à preuve du contraire toi seul décide de ta vie. Oui ça parait fou de te dire ça parce que toi tu penses plutôt que c’est ton boss qui décide, tes enfants, ton mec, tes parents… tous ces gens émettent des attentes envers toi certes, cela ne veut pas dire que tu dois répondre à toutes leurs attentes ce seraient impossible. Prioriser tes actions en répondant d’abord à ce que ton coeur te dit de faire, ensuite rend toi disponible pour les autres dans une certaine limite. A force de donner de la disponibilité mentale aux autres tu te surcharges toi même. On est pas tous capable de traiter les informations de la même façon et c’est ok, certains sont dans l’analyse de l’info, d’autres dans l’action ect… encore une fois cela permet de s’entre-aider, de vivre en communauté en s’aidant les uns les autres avec nos propres forces. Il est important d’apprendre à se connaitre, à sentir quand c’est trop et que l’on a besoin de s’arrêter. Apprendre à dire non c’est apprendre à se respecter soi même. Dire non peut-être dit avec bienveillance, quand tu sens que non tu n’as pas trop envie, ou non parce que tu sens que ça va te demander trop d’énergie et que tu n’en as pas assez en stock, il te suffit de l’expliquer à l’autre. Je vais devoir refuser, te dire non parce que ça me semble trop compliqué, parce que je ne m’en sens pas capable seul(e), parce que je n’aurai pas le temps de le faire correctement, vous avez un tas de raison valable de dire non et les exprimer est bénéfique pour vous.

Vous allez me dire Coco dans quel monde tu vis, si je dis ça à mon boss il va me virer, à mon mec il va me faire la gueule, je peux pas dire non à mon enfant… et moi de te répondre et quoi??? Si ton boss te vire parce que tu oses poser tes limites et ne plus te faire traiter comme un robot déshumanisé c’est plutôt une bonne chose pour toi de te faire virer, ce genre de patron ne devrait pas exister et toi tu ne devrais pas accepter d’être traité de la sorte. Quant à ton mec, dans un couple la communication est primordiale et former une équipe en est une autre, nous avons tous des forces et des faiblesses soyez avec quelqu’un qui vous complète, vous tire vers le haut et inversement et entre-aidez vous pour avancer dans la bienveillance et le respect de chacun. Dire non à ton enfant, si tu peux, en demandant de l’aide à quelqu’un ou en lui expliquant que tu n’es pas disponible 24h/24 parce que tu as besoin de dormir, de faire des choses pour toi, parce que en dehors de ton rôle de parent tu es une personne à part entière.

Et je rebondi là-dessus, oui tu es une personne à part entière, et avec cette charge mentale tu deviens l’ombre de toi même, tu es ensevelis sous un tas d’attentes… mais quand est-ce que tu vis? Si tu ne fais que répondre à tes attentes et celles des autres à quel moment laisses-tu de la place à la vie et ses surprises? A quel moment t’autorises-tu à t’émerveiller devant quelque chose, à quel moment as-tu les yeux ouverts?

Je peux t’en parler aujourd’hui parce que même moi avec mes connaissances et mon ouverture d’esprit il m’est arrivé de me retrouver hypnotisée par le système. Je me suis retrouvée aussi un jour à ne répondre qu’aux attentes sociétales et patronales. Très vite, je me suis rendue compte du monstre totalement déshumanisé que je devenais ou plutôt de la machine infernale que j’étais entrain de devenir. Je venais alors d’être maman pour la première fois et ce petit être à foutu un bordel monstre dans ma bibliothèque, à tel point que tous mes vieux principes pourris ont été jetés à la poubelle et quel soulagement ce fut de me rendre compte que vouloir tout contrôler est une perte de temps et d’énergie incroyable. Je me suis rappelée celle que j’étais plus jeune, libre, créative, impulsive, je découvrais la vie et la croquait à pleine dent, sans me soucier du regard des autres ou ce que l’on attendait de moi, jusqu’au jour où; la vie d’adulte m’a comme emprisonnée contre ma volonté dans une boite avec une fenêtre donnant sur le souvenirs de cette liberté que j’avais connue. Je suis partie de chez moi très jeune à 17,5 ans forte, indépendante, confiante et je ne regrette pas ce choix parce que j’avais besoin de vivre mes propres expériences. Je me suis toujours débrouillée alliant études et boulot pour payer mon quotidien. Du coup très vite la réalité d’une vie d’adulte me rattrape et sans que je ne m’en aperçoive j’étais dans cette boite avec toutes ces fausses croyances et cette charge mentale qui te ronge le cerveau. Est-ce que j’avais envie de cette vie? Métro, boulot, dodo? Courir comme un hamster en cage? ehhhhh ben non certainement pas!

Moi je veux vivre, je veux être libre, libre de dire stop, libre de dire non.

J’ai donc dit stop, ça m’a valu un 1 er divorce, de perdre une maison fraichement achetée et en travaux de la cave au grenier, une instabilité financière parce que mon compagnon de l’époque gagnait bien sa vie donc à nous deux c’était confortable, bref je sortais de ma zone de confort pour partir en quête de moi-même! (Note à moi même: meilleur décision de ma vie!)

Aujourd’hui, je suis employée de ma propre société, remariée et je vis ce que j’ai envie de vivre pour être heureuse. Néanmoins, quand j’étais encore employée j’ai apprit à poser mes limites et à toujours être sincère. Je ne restais pas dans un job qui ne convenait pas, je n’avais aucun souci à chercher autre chose et partir dès que c’était possible. Il vaut mieux exercer des dizaines de jobs dans ta vie que de te pourrir la vie dans un job où tu ne t’épanoui pas!

On en revient toujours à la base… c’est à dire se respecter soi même, s’aimer, être bienveillant. Arrête de te surcharger mentalement, de t’ infliger ça, qui attend de toi, que tu sois parfait sur tous les fronts? TOI! Est-ce que quelqu’un t’a dit un jour clairement:  » j’attends de toi que ce soit parfait?  » ça peut arriver on est d’accord mais c’est plutôt rare, qui attend de toi que tu gères tout de front? Toi! Qui compte sur toi? TOI! Même quand on te dit je compte sur toi pour réussir ou faire ceci ou cela… Tu es libre d’accepter ou non que cette personne compte sur toi, tu peux très bien lui répondre: »je ferai de mon mieux mais je ne te promets rien » tu te décharges mentalement de cette pression de réussite.

Ne laisse pas les autres avoir des attentes, on vit pour soi par pour répondre à des attentes. Tu peux rendre service, aider, mettre tes forces aux services des faiblesses de l’autre mais tu ne dois pas faire passer les besoins et attentes des autres avant tes propres besoin. C’est du respect envers toi même et si tu en as envers toi les autres en auront pour toi. Sois l’exemple du monde de demain!

Croire qu’il n’y a qu’une seule vérité, façon de faire, modèle social ou patronal est une illusion que chacun est libre de voir, de croire ou non.

Tant que tu restes dans le respect de toi et de l’autre, le non jugement, la bienveillance, l’ouverture et la compréhension, que tu mets l’égo de coté et que tu ne prends pas pour toi personnellement les mots (les maux) de l’autre ta charge mentale peut considérablement diminuer.

Petit récap pour diminuer ta charge mentale:

1: Ecrire, l’écriture est un excellent moyen de vider sa mémoire, comme un disque dur externe sur ordinateur tu vas transférer des informations à l’extérieur de toi. Ecris ta to do list, tes pensées, ce qui te rend triste ou en colère… sorts un max de pensées.

2: Elimine momentanément ou définitivement des activités de ton quotidien qui te pèse, que tu ne fais plus ou pas avec plaisir. Soit tu délègues, soit tu mets en pause, soit tu arrêtes. Que ce soit un sport, aller conduire ton enfant à une activité, des tâches ménagères. Le but est d’arrêter de te mettre la pression avec des choses qui ne sont pas vitales!

3: Recentre tes priorités qui de toute évidence sont: « ton bien-être ». Qu’est-ce qui me procure du bonheur, de la joie? Et focalise-toi sur ces activités. Comment je peux transposer cela dans mon job, avec mes enfants…

4: Arrête de répondre aux attentes des autres. Alors oui dans ton job, à l’école tu n’as pas le choix me diras-tu! Ce à quoi j’ai toujours envie de répondre… on a toujours le choix avec les conséquences direct de cause à effet, à toi de voir ce que tu es prêt à vivre et à apprendre de toi. Mets tes limites, n’aies pas peur de dire je ferai mon possible mais je ne te promets rien. N’aies pas peur de demander le soutient ou l’aide de quelqu’un, c’est nettement plus intéressant que de faire foirer un projet ou te sentir seul et complètement dépassé.

5: Mets ton égo de coté, il n’est pas un allié au contraire c’est comme un petit diable sur ton épaule qui te fait prendre les mauvaises décisions et génère de la frustration, de la colère… rappel toi que nous sommes tous liés par la source, nous sommes tous connectés et capable de nous comprendre et de nous respecter mais que nous ne parlons pas tous le même langage (je ne parle pas ici de langue, nous percevons le sens des mots chacun différemment) sois le plus clair possible dans tes demandes et dans tes limites, n’aies pas peur de dire non ou de ne pas être compris. Il n’y a pas de guillotine ou de juge qui t’attend à la fin de ta journée.

6: Arrête de te comparer. Personne n’est mieux au moins bien, on est tous unique, avec des fonctionnements différents, des éducations différentes, des croyances différentes ce n’est pas pour autant que l’on ne peut pas vivre ensemble et apprendre à se comprendre. On a tous à apprendre de l’autre, ne voit personne comme un ennemi mais comme une chance d’évoluer et d’en apprendre plus sur toi.

La seule personne qui décide de ta vie et de ton bonheur, de ta charge mentale c’est TOI et UNIQUEMENT TOI! Tu n’es le pantin de personne et par conséquent tu es libre de tes choix et pensées.

J’aime la vie et ses expériences, sa spontanéité, j’aime me laisser conduire par elle. Ma bibliothèque avec tous ces livres est parfois lourde, comme un poids accroché à moi que je ne peux pas complètement décrocher. Mais je peux l’alléger de tout le passé qui n’est plus, de l’avenir qui n’est pas encore, je trie et ne laisse que ce qui est sympa et léger parce que les apprentissages une fois inculqués nous font avancer là où ne devons être sans que l’on ait besoin de les stocker alors rappel toi que l’important n’est pas la quantité de choses que tu accomplis chaque jour mais la qualité et le bonheur, la joie que tu éprouves en les réalisant.

Lâche prise, personne n’a à juger que ta vaisselle n’est pas faite ou que tu ne fais pas assez de sport ou que tu passes trop de temps à t’amuser…. celui qui te juge ou te mets la pression ne te renvoi que ces propres frustrations, ce qu’il n’est pas capable de faire pour lui même.

Respire et prends le temps qu’il te faudra pour vivre chaque expérience de ta vie pleinement, il n’y a pas d’échecs, il n’y a que des apprentissages.

Avec toute ma bienveillance, je te souhaite de trouver le chemin de l’allègement et de l’AMOUR.

A bientôt, Coco.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :